Vous souvient – il ?

     A vous mes camarades d’hier, mes amis d’aujourd’hui, André Courtes, Jean-Pierre Bénaut, Philippe et Jean-Pierre Nectoux, Philippe Charieras, Philippe Meunier, Jean-François Deluol, vous souvenez-vous de notre folle équipée ? A Pâques 1958 ou 1959, lorsque stagiaires PMS (préparation militaire supérieure) au 5° Régiment de Hussards à WEINGARTEN, sur les bords du lac de CONSTANCE, nous avons été « largués » en pleine nature au cours d’un exercice topographique de nuit.

     Vous souvenez-vous de cette marche à la boussole dont les données topographiques erronées communiquées par nos instructeurs avaient contribué à nous égarer bien largement au-delà de la frontière sur le territoire autrichien ? Vous rappelez-vous la « galère » de cette progression de nuit, dans le crachin, à travers bois, landes et taillis à la recherche de l’hypothétique camion censé devoir nous ramener vers nos cantonnements ?

     Et cette rencontre providentielle, au petit matin, au détour d’un chemin, avec un forestier, qui, le moment de surprise passé, proposa de nous transporter tous les huit dans sa remorque pour nous ramener à bon port, en évitant prudemment les postes de douane autrichiens et allemands.

     Et l’arrivée « triomphale », devant les grilles même de la caserne, de notre équipe, qui, en guise d’accueil, ne reçut que des remarques injustifiées sur notre incapacité à gérer une situation délicate et ce, malgré les dénégations véhémentes et les explications jugées dérangeantes pour nos instructeurs de l’un de nos camarades qui se vit, sans autre forme de procès, conduire dans les locaux disciplinaires et enfermer en chambre d’arrêts. Vous en a-t-il fallu, mes chers camarades d’infortune, de la force de conviction, de persuasion, et d’arguments convaincants pour faire revenir la hiérarchie militaire sur sa décision et obtenir ma libération. Merci encore à vous sept.

     Cette aventure eut malgré tout une conclusion heureuse puisque tous les stagiaires eurent leur stage validé. Il n’en fut peutêtre pas de même pour nos instructeurs, qui, cette nuit là, communiquèrent à leurs élèves des données topographiques inexactes, sources d’erreurs dont les conséquences auraient pu être beaucoup moins plaisantes.

 Cliquez sur la photo pour découvrir l’article associé !

 Jean-Paul Broda

2 réflexions au sujet de « Vous souvient – il ? »

  1. Bonjour cher ami et mon ancien,

    à la date de vos exploits franco-austro-allemands dans notre belle région qu’est celle du Bodensee je devais être âgé de 12 ans.

    Vous aviez évité de justesse un nouveau conflit avec l’Autriche à cause de ce gradé incompétent. Ce devait être un biffin égaré au milieu des cavaliers. Bien que le cavalier soit connu pour charger sans savoir où il va. La réflexion vient plus tard voire pas du tout.

    Bien à vous
    JP Wittorski

  2. Bonjour cher ami et mon ancien,

    à la date de vos exploits franco-austro-allemands dans notre belle région qu’est celle du Bodensee je devais être âgé de 12 ans. Vous aviez évité de justesse un nouveau conflit avec l’Autriche à cause de ce gradé incompétent. Ce devait être un biffin égaré au milieu des cavaliers. Bien que le cavalier soit connu pour charger sans savoir où il va. La réflexion vient plus tard voire pas du tout.

    JP Wittorski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.