Rencontre en Bourgogne 2011

   Comme nous l’a si justement rappelé Jean-Paul Broda dans une précédente gazette, les rencontres que notre Association organise pour l’Assemblée Générale annuelle sont l’occasion de nous retrouver dans une ambiance très chaleureuse, voir ludique et toujours bon enfant… La rencontre de cet automne en Bourgogne n’a pas failli à la règle…

      Tout était de la partie, une équipe de 44 membres détendus, contents, un excellent hébergement, de bons repas, de belles visites très bien organisées par notre amie Danielle Heliot, un temps doux et ensoleillé et bien sûr du bon, de l’excellent vin, Bourgogne oblige ! Le vignoble a eu droit aux commentaires de haut niveau de notre camarade Jean-François Billy !

      Les fous-rires tant à table que dans le bus, qu’il fait bon se rajeunir un peu ! Nous avons sillonné les routes d’une région riche en histoire, en agriculture et réputée pour sa gastronomie et son vin, tout cela sous le soleil, appareils photo prêts à fonctionner, pour certains petits chapeaux pour se préserver de la chaleur automnale et quelques pulls ou vestes plus chauds en prévision des soirées animées en ville ou en pleine campagne burgonde.

      Ce fut un festival de visites, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Il serait trop long de vous les énumérer toutes, mais nous n’oublierons jamais cette visite du « Clos Vougeot » et son château bien planté au milieu des vignes et surtout sa cave et l’immense grange qui abrite plusieurs pressoirs à vis centenaires, impressionnant !

      Ce même jour nous visitons le « Cassissium » à Nuits Saint Georges ; nous avons droit à une visite brillamment commentée où nous avons enrichi notre vocabulaire, entre autres, des mots : « Marcassin » et « Fond de culotte » qui ne sont rien d’autre que le « Marc-cassis » et le « Suze-cassis »… Nous avons eu droit à une dégustation, diverse et variée à la hauteur de nos papilles : crèmes, liqueurs, alcool, friandises à base de… cassis, bien évidemment !

     Puis nous abandonnons la Côte de Nuits pour la Côte de Beaune. A tout seigneur tout honneur, nous visitons le ville de Beaune, mondialement connue pour ses hospices, superbes bâtisses du XVème siècle, dont les toits brillent de toutes leurs tuiles en céramique vernissées et colorées. Visite impressionnante et émouvante devant ce cadre et les méthodes utilisées pour alléger la souffrance humaine.

     Pour oublier cette misère, nous nous laissons glisser vers les « caves Patriarche », installées dans l’ancien couvent des Visitandines. Interminables galeries qui serpentent sous la ville, nous nous y perdons pendant de longues minutes avant de déboucher dans le Saint de Saints : le caveau de dégustation ! Là… harassés nous nous abandonnons à une longue et fructueuse dégustation.

      Nous nous laissons glisser par le vignoble vers Meursault. Nous y faisons un tour de ville avec à la clé une descente à la cave du Château Génot-Boulanger… pardon ! Nous montons à la cave ! Car le chemin de la cave mène toujours au paradis, pour y faire une dégustation sur le tonneau… commentée par le maître des lieux… ouf !… Mais la journée est loin d’être terminée, nous avons droit à notre repas de gala à la diligence… sublime !

      Le réveil du dimanche matin, Dieu merci, fut un peu plus tardif, ravigotés nous partons pour une visite guidée de Dijon, la capitale des Ducs de Bourgogne. Au programme l’Hôtel Ducal et le Palais des Etats, le quartier du Parlement, la Cathédrale Saint Bénigne, l’Eglise Notre Dame et de nombreux hôtels particuliers… En début d’après-midi nous prenons congé de la moitié d’entre nous qui a programmé le retour au foyer. Les irréductibles poursuivent la visite de la ville, avec l’Eglise Saint-Philibert, unique édifice roman de Dijon, désacralisée depuis la révolution, successivement utilisée comme écurie, magasin de salpêtre et entrepôt à sel… restaurée à partir de 1970, puis ré-ouverte au public depuis l’an 2000 à l’occasion des journées du patrimoine. L’église abrite un musée dédié à l’art contemporain. Sans oublier ces nombreux hôtels particuliers merveilleusement bien entretenus ; nous avons eu la chance de pénétrer dans la cour de certains d’entre eux grâce à un simple coup de sonnette… sésame ouvre toi ! C’est la tradition, ces lieux classés par les « Monuments Historiques » doivent rester accessibles aux visiteurs pendant les week-ends. 

      Le lundi matin, dernier jour de notre escapade, la vingtaine de participants s’est rendue au château d’Epoisses, niché dans un parc ombragé au milieu duquel trône un magnifique pigeonnier. Après la visite guidée du château nous participons à une dégustation très originale des fromages d’Epoisses affinés ou non au marc de Bourgogne et arrosés d’un délicieux vin blanc, ceci dans la salle de réception du château… A tous Seigneurs tout honneur ! Merci Danielle de nous avoir ainsi honorés !

      Puis ce fut le dernier déjeuner à Semur-en-Auxois, achevé en fanfare pour remercier et féliciter notre amie Danielle qui fêtait ce jour-là son vingtième anniversaire. Quelques convives sont repartis en début d’après-midi après d’émouvants au revoir. Quelques irréductibles entreprirent la visite de la ville médiévale de Semur-en-Auxois avant de se rendre au village, tout aussi médiéval, de Flavigny-sur-Ozerain.

      Avant de nous séparer, émus par ce bain de jouvence, imprégnés de cette amitié qui caractérise nos retrouvailles annuelles, nous nous sommes tous donnés rendez-vous pour 2012, en Forêt-Noire.                  Avis à tous :

 Nous vous attendons là-bas de pied ferme du 28 au 30 septembre 2012

           Elisabeth Perrin-Wiedling

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.