Sur les traces de Jean-Pierre Ponnelle

    Depuis deux ans nous recherchions des témoignages concernant Jean-Pierre Ponnelle, un de nos anciens camarades du Lycée, qui a réalisé le triptyque « La Descente de la Croix ». Ce tableau, qui ornait l’église française à Baden-Oos, est à ce jour exposé en la chapelle de la base aérienne d’Evreux.

     Madame Klümper-Lefebvre a entrepris la lourde tâche d’œuvrer pour que cette toile soit exposée à Baden-Baden.  Il est temps de vous tenir informé de la suite de ce projet, voici un extrait de courriers de Madame Klümper :

    “Le hasard m’a mise en relation avec un professeur d’allemand à la retraite habitant Caen, qui avait été mis, par voies mystérieuses, au courant de mes efforts ! Il s’est alors mis en relation avec moi, m’a proposé de se rendre à Evreux et de faire les clichés tant désirés !

J’avais déjà obtenu entre-temps l’autorisation du Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air, de même que celle du Diocèse aux Armées françaises! Il ne me restait plus qu’à me mettre en rapport avec l’aumônier de la Base 105.

     Vous pouvez trouver depuis quelques temps « notre » triptyque sur Internet en cliquant sur la photo, il a été mis en ligne par l’aumônier de la Base 105 d’Evreux, l’abbé André Martinet. Je m’étais mise très tôt en rapport avec lui et nous avons échangé et partagé nos observations et connaissances. Je ne peux qu’applaudir son initiative qui permet, à présent, à tout un chacun de se renseigner sur cette œuvre, qui, il y a à peine trois ans, risquait de tomber dans l’oubli. Nous sommes à présent en possession de nombreux clichés de ce tableau. Je l’ai présenté au public à Baden.

    Je me suis mise en rapport avec sa veuve Margrid Saad-Ponnelle et son fils Pierre-Dominique.  Pour qu’elle nous permette d’exposer dans notre ville le carton de Jean-Pierre, afin que les personnes intéressées, et j’espère qu’elles seront nombreuses, puissent voir les dimensions de ce triptyque.

Mais sa veuve m’ayant fait comprendre qu’elle accepterait, éventuellement, d’offrir le carton de l’œuvre à notre ville, je me suis mise à la recherche d’un “local” adéquat. Et depuis quelques jours j’ai la certitude que cette esquisse en noir et blanc, mais de mêmes dimensions que le triptyque, aura sa place dans notre collégiale. J’ai donc “remis les pleins pouvoirs” à l’Abbé Teipel qui fera le nécessaire après la rénovation, prévue de longue date, de l’église.  

    Le dernier point de mes efforts, puisque, bien entendu, nous ne pouvons “récupérer” cette œuvre qui avait été conçue pour l’Eglise de France et non pour la ville de Baden, ce dernier point, je l’ai donc atteint… Je fournirai de plus un fascicule avec les explications nécessaires,

 Vous dire ma satisfaction n’est guère possible. 

Madeleine Klümper-Lefèbvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.