Un Noël dans la Forêt-noire

Noël, nous y sommes

    Qui d’entre-nous a oublié l’ambiance de la Saint-Nicolas et de la Noël en Forêt Noire ? Personnellement ces émotions sont toujours aussi présentes, mes sens avaient été trop stimulés pour ne pas oublier ces préparatifs de fêtes.

     J’ai toujours au nez ces odeurs de cannelle, de miel, de badiane, de girofle… J’ai toujours sous les yeux le scintillement des guirlandes, les Saints Nicolas en pain d’épice, cette avalanche de gâteaux aux parfums épicés… J’ai toujours aux oreilles les chants de Noël… le “Stille nacht“ et le « Tannenbaum » diffusé sur la voix publique. J’ai toujours aux papilles ces saveurs du marzipan, des petits biscuits : les “Anisplätschen“ et le célèbre pain de Noël le « Stollen », de quoi vous donner des forces pour affronter le froid… et quelle joie lorsque les premiers flocons se manifestaient…

Notre amie Anne-Marie Vaugelade, dans le cadre de son action « lire et faire lire », auprès des enfants des écoles, âgés de 5 à 8 ans, a composé un très beau conte. C’est l’occasion de faire découvrir la Forêt Noire à vos petits ou arrières petits enfants.

 JPB 

 Un Noël dans la Forêt-noire 

      Il y a, loin de chez nous, un grand fleuve qui sépare la France de l’Allemagne : ce fleuve se nomme le Rhin (Rhein en allemand). Ce fleuve est le plus grand fleuve d’Europe.

     Eh bien, quand on est en Alsace (le pays des cigognes), il suffit de traverser le Rhin et on se trouve face à la masse noire des petites montagnes couvertes de sapins qu’on appelle la « Forêt Noire ».

      Anna habite une charmante petite ville nichée au creux de cette forêt : Anna est une petite fille allemande de cinq ans, elle habite à Baden-Baden. Elle est née et a grandi là, auprès de sa maman Johanna et de son papa Johann. Elle aime faire de longues promenades dans la forêt avec eux ou avec les enfants de sa classe. Malgré son nom qui fait peur, la Forêt Noire est une magnifique forêt de sapins, dense et accueillante à la fois car elle est parcourue de très nombreux chemins pour la promenade ou la randonnée. Ses sous-bois sont propres et on s’y sent très en sécurité.

      Au printemps, Anna peut y entendre le brame du cerf. Durant l’été, qui est souvent chaud et lourd, elle va rechercher un peu de fraîcheur avec ses parents dans une petite auberge entourée de sapins. Elle ramasse des framboises, des myrtilles et des fleurs. A l’automne, elle trouve des champignons… Mais chaque année, ce que tous les enfants allemands, et elle, bien sûr, attendent avec impatience, c’est la période de Noël. Les magasins sont magnifiquement décorés, dès la mi-novembre. Les villes et les campagnes se parent de mille feux, guirlandes, enseignes lumineuses. On admire les maisons décorées, les écoles ont toutes un superbe sapin aux guirlandes multicolores dans leur cour.

      Alors, pourquoi, dans ce pays voisin, décore-t-on si tôt les villes et les campagnes ?

      Chez nous, tout cela se fait au début ou à la mi-décembre. Là–bas, ils ont un mois d’avance sur nous !

      Quelle chance ils ont les petits allemands ! Mais pourquoi ? Je vais vous le dire ! C’est parce que, au début du mois de décembre, le 6 décembre exactement, c’est la saint Nicolas. Anna s’en souvient bien car c’est aussi le jour de son anniversaire. Saint Nicolas, en Allemagne, est appelé Nicolaus (on dit ni co la ous) Il est très beau sur les images des livres et les statues qui le représentent partout avec sa barbe blanche et son grand manteau rouge !

      Mais vous ne trouvez pas qu’il ressemble à quelqu’un de très connu ?

      Cherchez bien, c’est facile ! La barbe blanche… le manteau rouge… en décembre… Il ressemble au…. PERE NOEL !

      Saint Nicolas a existé il y a longtemps : c’était un évêque qui avait sauvé des enfants qu’un méchant charcutier voulait manger !

      Dès le début du mois de décembre, Johanna et Anna préparent activement la fête prévue pour la saint Nicolas. Elles fabriquent des biscuits à l’anis et à la cannelle en leur donnant des formes jolies et appétissantes : des lunes, des étoiles, des sapins, des rennes… Elles font aussi cuire de petites madeleines en forme de cornes de gazelle. Tous ces gâteaux, une fois cuits et refroidis, sont rangés dans des boîtes en fer pour qu’ils se conservent mieux. Johanna et Anna font aussi des pains d’épices très parfumés en forme de Saints Nicolas. Il y en a même un très gros… qu’elles ne mangeront pas. Pourquoi ? Parce qu’il va être offert ! Mais pour qui font-elles ce gros pain d’épices ? Il y a, en Allemagne une coutume qui va vous plaire.

      Au centre de la ville, sur la place principale, on a dressé une énorme caisse décorée de papier doré et de gros nœuds rouges, où tous les habitants vont déposer des cadeaux et des gâteaux pour les pauvres de la ville …et les employés municipaux (les policiers, les postiers, les employés de mairie, les instituteurs).Anna ira y déposer le gros pain d’épices et une poche de chocolats, la veille de la Saint Nicolas. Les chocolats ne risquent pas de fondre, car en décembre là-bas il fait très froid et même parfois il neige !

      Le jour de la Saint Nicolas venu, toute la famille fait un bon repas du soir : Anna et ses parents ont un menu qui va vous surprendre : Du pain complet, de la grosse saucisse coupée en fines rondelles, du fromage de Hollande en fines lamelles. Tout cela arrosé de café ou de thé ! Pour le dessert il y aura un gros gâteau de la forêt noire, à la crème chantilly, garni de chocolat râpé et de cerises confites. Parfois on boit un peu de vin chaud à la cannelle. On est loin des réveillons du Périgord avec foie gras, truffes, cèpes et volailles ! Je ne parle même pas du bon vin que les français adorent boire en mangeant !

      Le lendemain matin, Anna trouve au pied du sapin des cadeaux que Nicolaus a apportés.

     Je crois que leur Nicolaus et notre Père Noël, c’est la même personne, le même charmant vieux monsieur qui, pour gagner du temps passe llà-bas 20 jours avant chez nous ! Il va aussi gâter les enfants d’autres pays comme la Suisse, l’Autriche et beaucoup d’autres ! Il se réserve la France, l’Espagne, l’Italie, et autres pour la Noël.

      Voilà quelque chose que vous ne saviez pas, je suppose.

     Une fois la saint Nicolas passée, en Allemagne, on continue à attendre Noël pour fêter la naissance du petit Jésus. Des crèches sont installées dans les maisons, les églises, les temples et les places publiques. Quatre dimanches avant Noël, Johanna dépose une couronne de l’avent sur la table de la salle à manger. C’est une couronne grosse comme une roue de brouette, faite en petites branches de sapin et décorée de quatre bougies rouges.

      Johanna et Anna allumeront une bougie au début du repas du dimanche soir, la 1ère, la 2ème, la 3ème et la 4ème semaine de l’Avent.

     Puis, le soir de Noël arrive. Toute la famille se réunit autour du sapin, après un repas aussi simple que celui de la saint Nicolas. Et là, on chante des chants de Noël ; vous connaissez tous « mon beau sapin, roi des forêts… » (En allemand ils disent « ô Tannenbaum ». Quand on a chanté trois ou quatre chants, certaines familles vont à l’église, d’autres au temple, d’autres vont se coucher.

      Maintenant on pourrait croire que c’est fini Noël ! Eh bien non ça continue ! Jusqu’à la fête des rois, le six janvier.

      On laisse la décoration aux portes et aux fenêtres, on garde le sapin avec toute sa parure et on attend la fête des Rois.

      Chez nous, en France, on tire les rois avec une galette et sa fève. En Allemagne, c’est tout à fait différent.

      Le six janvier, vers 17 heures, quand la nuit est tombée, tous les habitants attendent la venue des rois mages.

      Chez Anna, vers 19 heures en général, on sonne à la porte. Johann, le papa, va ouvrir et il fait entrer dans la maison trois magnifiques personnages, habillés de grands manteaux brodés d’or et de pierreries, coiffés de turbans en tissu brillant et portant à la main droite une lanterne allumée. Là, Anna a très peur et elle se cache derrière sa maman !

      Il y a Melchior portant des pièces d’or, Gaspar portant une coupe pleine de myrrhe, et Balthazar au visage tout bronzé qui présente de l’encens. Ces magnifiques rois mages entonnent un chant qui raconte comment ils ont suivi l’étoile du berger pour arriver à la crèche où venait de naître l’enfant Jésus, le roi des juifs.

      Ensuite, Johann leur donne un peu d’argent pour les pauvres de la paroisse et ils s’en vont vers une autre maison…visiter d’autres familles.

      Après cette dernière manifestation, la période de noël est terminée. On va pouvoir ranger les décors de la ville, les guirlandes et les boules et….. Toute la population de l’Allemagne attend avec impatience le Carnaval. Anna adore les mois de décembre et janvier, mais elle n’est pas triste car en février qu’est ce qu’on va s’amuser pour le CARNAVAL ….

 VIVE SA MAJESTE CARNAVAL !!

 qui débute le 11.11. à 11h11 et qui se termine le mercredi des cendres. Cependant cette date marque le début des préparatifs – on se déguise bien sûr aussi le 11 novembre pour marquer le coup – alors que les festivités officielles ne commencent que le 7 janvier !

 Anne-Marie Vaugelade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.