9 mai 1950 Europa

Europe !

     A l’heure à laquelle nos deux pays pansaient leurs plaies, à l’heure à laquelle nos deux peuples tentaient vainement de chasser les horreurs passées, à l’heure à laquelle nous étions dans l’inconscient de notre jeunesse, tous potaches au lycée Charles de Gaulle. De grands hommes politiques français construisaient notre avenir… Yvette Isaac nous présente une très belle synthèse de la déclaration du 9 mai 1950, l’œuvre d’hommes humanistes, réalistes et visionnaires… :

Le point de départ : la déclaration du 9 Mai 1950

    Le 9 Mai, à la fin d’un bel après midi de printemps dans le grand salon de l’Horloge du Quai d’Orsay, M Robert SCHUMAN, Ministre des Affaires Étrangères Français rend publique, devant les représentants de la presse mondiale, une déclaration de son gouvernement à la préparation de laquelle M Jean Monnet a pris une part décisive.

    L’histoire retiendra cette déclaration comme l’un des actes essentiels de notre siècle. Son importance ne réside pas seulement dans le fait qu’elle propose la mise en commun des ressources de charbon et d’acier de la France et de l’Allemagne dans une organisation ouverte à tous les pays d’Europe , mais dans l’énoncé des objectifs et des méthodes nouvelles qui sont restés ceux de toute construction européenne :

    L’objectif  est double :

    la réconciliation franco-allemande.

  la création d’une Fédération européenne , c’est-à-dire des États-Unis d’Europe.

La méthode peut se résumer ainsi :

– Ne pas tenter de faire l’Europe d’un seul coup, mais commencer par créer entre les Européens une solidarité de fait par des réalisations concrètes ;

– Travailler d’abord à l’unification économique de l’Europe en établissant des bases communes de développement grâce à la mise en commun des productions de base : le charbon et l’acier ;

– Créer dans ce but des institutions et des règles communes, notamment une Haute Autorité indépendante des gouvernements, mais dont les décisions lieront les pays membres.

    La déclaration SCHUMAN, véritable charte de la construction européenne, préconise une méthode réaliste pour résoudre les problèmes posés par l’unification de l’Europe. Elle assigne à la future Europe unie un rôle propre, indispensable au maintien de la paix.

    L’initiative française provoque un profond retentissement dans le monde. Les conversations politiques s’engagent immédiatement entre les gouvernements sur la base des principes de cette déclaration en vue d’aboutir à la conclusion d’un traité.

    Aussitôt les acceptations de principe de l’Allemagne, de l’Italie, de la Belgique, des Pays–Bas et du Luxembourg sont officielles. Cependant, les Anglais jugent impossible d’accepter l’engagement d’établir une Autorité dotée de pouvoirs souverains

L’Europe commence donc à « SIX »

    Vingt huit pays membres aujourd’hui, le dernier à adopter la monnaie unique étant la Lituanie.

Yvette Isaac

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.