Concours d’élégance à Baden

    Certes l’époque des crinolines, des attelages majestueux, des hauts de forme, est révolue mais déambuler devant la Trinkhalle, le casino ou dans les allées du Kurpark reste un délicieux moment de rêverie ; fouler ces lieux où pendant des années les élégantes papotèrent, où les grands de ce monde avancèrent leurs pions sur l’échiquier politique, ici même où se nouèrent ou dénouèrent les alliances… ces lieux sont indissociables des silhouettes qui continuent à les hanter.

    Au 19ème siècle la diaspora européenne venait prendre les eaux à Baden, goûter à la fraîcheur des forêts environnantes… époque à laquelle Baden était considérée comme la résidence d’été de l’aristocratie parisienne, des têtes couronnées de toute l’Europe, des artistes, peintres et écrivains…

    Aujourd’hui la ville a gardé l’empreinte de ce glorieux passé et avec un peu d’imagination nous pouvons apercevoir, ça ou là, un cavalier en uniforme chatoyant, quelques élégantes en crinolines galamment accompagnées…

    Mais pourquoi l’imaginer ? Pourquoi ne pas entreprendre ce voyage dans le passé et transformer ce rêve en réalité ?

  Cette initiative a germé dans l’esprit bouillonnant d’un jeune Français, Jean-Marc Culas, un homme enthousiaste, créatif et passionné par tout ce qu’il entreprenait. Jeune appelé du contingent, il fut en poste à Baden-Oos, au début des années 60. Ce nom est connu par tous les lecteurs de notre livre « Rencontres inoubliables » , un chapitre émouvant a été rédigé par Ute Culas, habitante de Baden qu’il épousa dans les années 60. Il s’installa à Baden et participa activement à la vie de la cité. Il devint Président du cercle franco-allemand et créa plusieurs événements, dont la manifestation « Old Timer Meeting », un rassemblement unique en Europe de voitures anciennes.

    Ute Culas nous confiait dans “Rencontres inoubliables“ :

    “Il était rédacteur au bureau de presse du Général Massu. Il réalisait avec ses camarades un hebdomadaire d’informations « La semaine de Baden-Baden » pour les soldats et leurs familles. Plus tard cela devint un mensuel « Le Mercure du pays de Bade ». Puis il collabora à la rédaction et à la diffusion de « La semaine de Bade ».

    Et puis bientôt ses activités se sont diversifiées et il a entrepris beaucoup de choses avec succès. Il a, entre autres, créé une revue franco-allemande mensuelle éditée à Baden mais imprimée par les Dernières Nouvelles d’Alsace à Strasbourg…

    Il lança l’idée d’un Oldtimer-Meeting dans notre ville, manifestation qui devint bien vite l’un des plus beaux rassemblements de voitures de collection en Europe. Un véritable défilé de mode. Il fit l’acquisition d’une, puis de plusieurs montgolfières, organisa des voyages en Afrique du Nord, en Amérique du Sud… Les deux vols les plus spectaculaires qu’il organisa eurent pour but Berlin. Le premier fut effectué deux jours après la chute du Mur en novembre 1989, le deuxième le 3 novembre 1990. Le jour de la réunification de l’Allemagne. Ce fut un événement de portée internationale !

    Jean-Marc n’est plus à mes côtés. J’aime parler de lui. J’aime penser à lui.

    J’ai aimé me souvenir…“

    Jean-Marc Culas est décédé en octobre 2011, mais son fils Marc et sa fille Annabelle continuent à entretenir la flamme allumée par leur père.

    Un grand merci Jean-Marc Culas pour avoir, dans la tradition française, marqué la vie culturelle de Baden-Baden.

J-P Bénaut

 

 

J

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.