Un roi attire l’attention

Le Roi Chulalongkorn de Thaïlande                                                                 Baden-Baden   juillet 1907

     Même pour une ville comme Baden-Baden, la visite en 1907 du roi siamois Chulalongkorn de la dynastie Tschakri,  fut un événement exceptionnel. Le monarque actuel de la Thaïlande, très ouvert aux idées occidentales, voyageait accompagné d’une importante suite : Les Princes Paribatra, Grachaks, Sambrasatr, Sommot et Ourubongse, et par le général en chef Thow Physa Surawongse, le grand maitre de cérémonie Phys Burus et de nombreux domestiques.

   Le Maire Gönner et le Conseiller Général Haape accueillirent sa majesté à l’arrivée du  train  mis à la disposition du roi  par l’empire.

   L’hôtelier Camille Brenner avait fait aménager pour cet éminent hôte, quelques unes des dépendances du “ Stéphanie “, soit la totalité de ce qui fut autrefois le palais Stourdza.

   Le roi profita des premiers jours pour visiter la ville. Sa majesté fit l’acquisition de quelques portraits dans la galerie Weiss, dans le bas de la Sophienstraße. Puis il s’intéressa à la pisciculture « Fischkultur » à Gaisbach.

   Le comité des curistes organisa une soirée grandiose dans les jardins du kurhaus. La nuit le quartier étincela des innombrables petits photophores allumés sur les pelouses et des lampions suspendus aux arbres. Deux mille visiteurs se promenèrent en présence du roi et de sa suite dans les jardins. Le roi Chulalongkorn fut particulièrement ému lorsque l’orchestre, sous la direction de Paul HEIN, entama de la musique siamoise.

   L’accueil officiel par le Grand Duc Friedrich de Bade eut lieu le 12 juillet dans les somptueuses salles du nouveau château. Le Seigneur de Baden vint personnellement accompagner à la gare le roi Chulalongkorn lors de son départ, par train spécial, le 18 juillet.

   Restèrent de son séjour, entre autres, les décorations que son altesse avait “royalement distribuées“.

   Les représentants les plus éminents de la ville et du Land furent décorés de la croix d’officier dans l’ordre de “L’éléphant blanc“

Extrait de l’album “Das war das 20 Jahrundert in Baden Baden“      Robert Erhard

Cliquez sur la photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.