Escapades

 

Souvenirs des vacances à Baden-Baden

1956

    A l’époque, les grandes vacances signifiaient pour moi la liberté totale et l’occasion de profiter au maximum de mon temps libre. Foot, pêche, parties de cartes avec les copains chez ma future belle-maman, Madame Lefèvre. La bande : Yvette Keyser, Jean-Paul Broda, André courtes, Serge Jam, Yvan Fouché et mon futur beau-frère Eric. Le samedi soir, bal au “Blandan“. La vie, sans soucis !!!

    Avec Eric, notre grande passion était le foot. Eric jouait avec André Courtes au FC Baden-Baden, et moi, avec Serge Suty, dans l’équipe de l’ASV Oos qui occupait le terrain de l’aéroclub de Baden-Baden. Mon cher Gabriel Vaugelade était bien placé pour nous voir évoluer.

    En dehors du foot, Eric et moi étions de vrais « Mordus » de la pêche. Dès que nous avions un moment, nous partions, en vélo, aux bords du Rhin ou dans les étangs « d’Iffezheim » ou de Seltz. Mais nos plus belles escapades étaient nos sorties au-dessus de Baden-Baden, vers « Lichtental », bien au-delà de la « fischkultur », pour pêcher la truite dans les nombreux petits ruisseaux du coin. Départ, avant le lever du jour, de façon à arriver dans les allées du Kurhaus, alors que celles-ci étaient encore désertes. Nous profitions alors de cette tranquillité pour donner quelques coups de lancer dans « l’Oos », le long des allées et cela nous rapportait toujours quelques belles truites (illégales bien sûr, mais il y a prescription !!).

    Cela s’est toujours bien passé, mais un dimanche matin, la patrouille s’est pointée !! Deux gardes sont arrivés, en vélo, pour nous contrôler. Nous les avions repérés assez tôt et le temps qu’ils arrivent nous avions déjà « enfourché » nos coursiers et démarré à fond la caisse, malgré les  » Halt ! Halt !  » des deux gardes. La poursuite s’est organisée, mais au bout des allées, nous avions déjà une avance, très, très confortable. Il faut dire que les gardes étaient déjà des « vieux » (au moins 40 ans) et à l’époque nous étions dopés à la « sauce » Jean-Marie Toquin ! Bref, nous avons semé nos poursuivants dans la montée de la « Fischkultur ».

    Mais pour rentrer à la maison, il nous a fallu prendre un autre chemin pour éviter de se faire épingler sur le chemin du retour. Nous avons donc continué à monter dans la montagne, vers la « Bühlerhöhe » et nous sommes revenus par la « Bühlertal ». Cela nous a permis de pêcher tranquillement les petits ruisseaux de la « Bühlertal » et de revenir à la maison par « Sinzheim », sans problème. Une belle virée, mais nous tenions la grosse forme.

    Le seul problème de la journée, c’est qu’au moment de casser la croûte, nous nous sommes aperçus que la boite d’asticots s’était vidée dans le sac contenant nos sandwichs ! La chasse aux intrus s’est aussitôt organisée, nous avons récupéré suffisamment de bestioles pour continuer à pêcher et à en éliminer le maximum pour manger notre casse-croûte. Il se peut que quelques bestioles soient passées à la moulinette, mais on ne s’en est pas trouvé plus mal et comme on dit : « la « faim » justifie les moyens !!! « 

    Commentaire de Maël, un de mes arrières petits fils, 10 ans à qui j’ai raconté notre randonnée :

« Mais Papy, tonton et toi, vous étiez de vrais “Oufs“ !! »

Jean-Claude Martin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.