Jacques Higelin « le fougueux »

    Il nous a quittés le 6 Avril à l´âge de 77 ans. 😪

   Né en 1940, Jacques Higelin débute
sa carrière de jeune comédien en 1959
sur le tournage du film « Le bonheur est
pour demain » au côté d´Irène Chabrier.
Il correspondra longuement par courrier
avec elle lorsqu´il partira pour effectuer son
service militaire en Allemagne puis en Algérie.

« Lettres d’amour d’un soldat de vingt ans »
    Résumé… Il y a vingt-cinq ans, Jacques Higelin vécut une de ces histoires d’amour qui ensoleillent à jamais l’existence.
Tout au long de son service militaire, en Allemagne d’abord, en Algérie ensuite, il adressa à une femme restée à Paris des centaines de lettres. Des lettres qui, jour après nuit, disent l’amour, le désespoir, l’attente, la déception, le désarroi, la passion.
Article sur Babelio… 

   Des lettres qui, l’une après l’autre, construisent une 
histoire
singulière en même temps qu’universelle, et mettent en scène un homme amoureux d’une femme autant que de la musique.
    Et puis, vingt-cinq ans plus tard, une femme, cette femme, remet à Jacques Higelin ces Lettres d’amour du soldat de vingt ans qu’il avait été. Elles sont sublimes. Toutes authentiques, elles forment un véritable roman d’amour.

   Dans ce livre, Jacques Higelin évoquera plusieurs fois la « Maison des Jeunes » de Baden-Baden où il aimait passer quelques moments.

Article sur son livre 

Le message d´Yves Billy:

‌ … Une toute petite anecdote, en passant sur Jacques Higelin . Tout le monde ne sait pas qu’il avait fait son service militaire (1960-61) à Rastatt au 42ème Régiment de Transmission 1ère compagnie, il jouait  à la musique comme clairon.
Il faisait aussi partie de la Troupe Théâtrale des Armées et je l’ai vu , à l’époque, jouer dans les
« Fourberies de Scapin » à la Maison des Jeunes de Baden-Oos.
J’ai 14 ou 15 ans et à la fin de la représentation, je me retrouve au bar de la Maison des jeunes. Je ne sais pas si j’ai le droit d’être là, aussi je me fais tout petit !…

… Alors arrive dans ce petit coin bar un
comédien, encore en costume qui se met au piano. En effet , il y a un piano dans le coin du bar et celui qui commence à « swinger  » n’est autre que Jacques Higelin ! A l’époque il est déjà connu plus comme musicien de jazz que comme comédien. Quel souvenir !  🎹

Yves Billy 

Commentaire de Michel Wallon :

   Peut-être pourriez-vous signaler aux anciens du lycée de Baden-Baden que dans son livre « Lettres d’amour d’un soldat de vingt ans », Jacques Higelin, qui vient de mourir, mentionne à plusieurs reprises la Maison des Jeunes de Baden-Oos, où il allait souvent jouer du piano quand il était soldat à Rastatt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.