La France à Baden-Baden

1963 La France à Baden-Baden

    Il y a quelques mois nous vous avons distillé un certain nombre d’articles extraits de l’album “Das war das 20 Jahrundert in Baden Baden“ , ils évoquent, entre autres, la présence française à Baden-Baden.

    Dans un premier temps les Français furent hébergés chez des particuliers dont la demeure avait été  réquisitionnée ; Situation inconfortable pour les propriétaires spoliés de leur habitat, et délicate pour les occupants qui se sentaient être des intrus ; Mais globalement cette cohabitation de déroula sans grandes difficultés, permettant même d’établir des liens d’amitiés. Cependant les autorités prirent conscience que cette situation ne pouvait perdurer, dans les années 1952-1953 la décision fut prise de regrouper les Français dans le quartier périphérique de Baden, à Baden Oos où furent construite une véritable ville « française », voici un extrait de cet album :                                                                                                         JPB

1963 La France à Baden-Baden

   La cité française s’était transformée en un faubourg de Baden. En l’espace de dix ans furent construits  1.600 appartements pour les militaires français, les civils des services administratifs et leurs familles.

    La cité était divisée en quatre quartiers, avec chacun un hôtel, des écoles, un économat mais une église commune. Les nouvelles habitations  étaient la propriété de l’état allemand. Beaucoup de citoyens de Baden-Baden furent lésés par l’acquisition des terrains, les prix d’achat étaient imposés au plus bas ; Ceux qui ne voulaient pas vendre étaient expropriés. Les bâtiments de la cité furent mis en gérance par le commandement des forces de stationnement. Les « locataires » avaient à charge les taxes et les loyers retenus sur leurs salaires, les recettes servaient à l’entretien courant des bâtiments.

    Le quartier le plus proche de l’autoroute s’appelait « Normandie » ! À l’entrée de la ville était implantée la  cité « Bretagne ». La cité Paris se trouvait au centre, les bâtiments y portaient des noms de quartiers parisiens. Entre la Rheinstraße et la rivière Oos, au lieu dit “Briegelacker“ s’étalait le quartier “Thierache“

Pour consulter les autres articles de cet album cliquez : ICI

Pour la petite histoire :

Trois des cités, Paris, Normandie et Bretagne étaient situées au sud de l’Oos, seule la cité Thiérache était implantée au nord de l’Oos, il fallait pour s’y rendre franchir le pont de l’Oos, ce torrent très capricieux et parfois fougueux y dévalait les contreforts de la Forêt Noire, d’où la plaisanterie :

« Thiérache est là où « l’hospice « 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.