Archives de catégorie : Professeurs

Hommage à Monsieur Toquin

   Le 6 septembre, Monsieur Jean-Marie Toquin fêtera ses 85 ans après une carrière d’enseignant qui a marqué plusieurs générations de sportifs, il passe une retraite bien méritée dans le lot. Je n’étais pas sportif mais j’en ai gardé le souvenir d’un homme professionnellement passionné et profondément humain. Au nom de tous les copains de l’Association nous vous souhaitons un bon et heureux anniversaire.

Continuer la lecture de Hommage à Monsieur Toquin

Un hommage vibrant !

Cher Monsieur Bringer,

     De tous les excellents professeurs qui m’ont formé durant les deux années passées (1958-1960) au Lycée de Baden-Baden, vous êtes sans conteste celui qui m’a le plus apporté.

    Comme tous mes condisciples j’ai gardé intacte la mémoire de votre art d’enseigner, de former et de contribuer à l’épanouissement de chacun d’entre nous !

Continuer la lecture de Un hommage vibrant !

Souvenirs, souvenirs !

    Lors de nos réunions annuelles, les noms de nos professeurs reviennent régulièrement, certains plus souvent que d’autres. Nous avons tous des quantités de souvenirs liés, je dirai même collés à leurs noms. Aujourd’hui encore je repense souvent à deux d’entre eux. Ils étaient voisins au lycée puisque la salle de musique de Madame Russell était à côté de la classe où Monsieur Fourreaux nous enseignait les mathématiques.

    Tous deux, chacun à leur façon, m’ont fortement marquée.

Continuer la lecture de Souvenirs, souvenirs !

Quel bel hommage

    Rentrée scolaire 1958, classe de première AB. J’arrive de Marseille et viens de faire connaissance avec « mon » nouveau Lycée. Les inévitables petites angoisses sont vite dissipées : l’accueil de mes nouveaux camarades de classe est chaleureux. Et puis il y a des filles ! Très vite je prends conscience de la qualité des Professeurs. Venant d’un lycée marseillais ayant la réputation d’être le meilleur de la région, je m’aperçois vite que le Lycée de Baden n’a rien à lui envier, loin de là !

Continuer la lecture de Quel bel hommage

Merci M. Floret !

MERCI, Monsieur FLORET !

    Je vous ai dit ma joie de vous revoir à Candes au mois de juin, en présence de votre épouse. Peut être en avez-vous été surpris ?

    En 4ème, votre cours était pour moi un havre de paix. Votre regard bienveillant, votre calme, le respect que vous aviez pour chacun faisaient de vous « mon Prof préféré ».

    Que les élèves puissent noter leurs Professeurs, il en est question actuellement, aussi je m’empresse de vous donner un 18, jadis bien mérité!

Merci encore.

Claude Lengelé – Lagrange

Défenestration

     Lorsque l’on rentrait dans les salles de cours, le bureau du professeur trônait sur une estrade au fond à droite, il était collé à la fenêtre. L’un d’entre eux, Monsieur Camet, vénérable professeur d’histoire et de géographie, avait pour habitude, arrivé à quelques mètres de son « pupitre » de lancer sa sacoche, qui atterrissait sur le bureau, entamait une glissade et venait buter sur la fenêtre qui était toujours fermée… puis le cours commençait…

    jusqu’au jour où quelques petits malins ouvrirent la fenêtre et voilà notre professeur entrant dignement, jetant sa serviette qui entrepris sa glissade habituelle, franchit sans encombre la fenêtre, chuta du premier étage et se retrouva sur la pelouse de la Breisgaustrasse…

    J’avoue que personnellement j’ai eu du mal à retenir mon fou rire.

JR C.

L’enfant du clair de lune

Sur les pas de « L’enfant du clair de lune »

«Maria Noé-Panabiere, premier prix de la section « Romans et nouvelles» au grand prix des écrivains roussillonnais, vient de terminer son deuxième livre « L’enfant du clair de lune ».

    L’histoire se passe dans le sud de la France entre 1938 et 1946. Cette période Maria Noé Panabiere a une forte personnalité. Née en 1918, après des études supérieures, a été professeur de lettres classiques à Hamman-Rhiga en Algérie.

    Son sens du patriotisme l’a poussée à s’engager dans l’armée française, elle a été professeur au lycée Charles de Gaulle à Baden-Baden en Allemagne. « L’enfant du clair de lune » se lit facilement, l’auteur a l’art de la description, très riche en vocabulaire. Encore bravo à cette « jeune » écrivaine de 93 ans.

Communication de Christiane Marcelle – Lagrange