Que faisiez-vous le 4 Octobre 1957 ?


  Notre classe de philo (les filles ) était sur une belle pelouse, sur le terrain de sport de notre lycée Charles de Gaulle.
    Après un grand moment d’exercices sportifs, notre professeur, nous avait autorisées à nous reposer un peu. Ah! que l’on était bien là, avec un magnifique ciel bleu au dessus de nous ! L’une de nous qui avait dans la poche un de ces petits postes de radio (les appelait-on déjà transistors ?) qu’elle laissait jouer en sourdine, soudain  monta le son « écoutez ! écoutez ! »

et la voix du speaker nous annonça  qu’un satellite avait été lancé dans l’espace ! Opération réussie ! Et il nous fit entendre le fameux Bip… Bip… Il s’appelait SPOUTNIK ! En russe cela veut dire « compagnon » je crois…
     Nous levâmes la tête… réflexe ! mais bien sûr nous ne vîmes rien !
    Nous étions un peu incrédules… aller dans l’espace !!!!
    Eh bien non ! ce n’était pas une blague  et la suite nous le prouva.
   Pour moi SPOUTNIK… c’est aussi Baden-Baden puisque c’est de là que nous apprîmes l’extraordinaire nouvelle !
   Nous ne savions pas encore que ce satellite artificiel, lancé à 7h28 du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, ce 4 oct 1957, serait le début de la conquête de l’espace, le début d’une extraordinaire épopée qui n’est pas finie, loin de là ! ( on parle de coloniser MARS…)
    Mais notre SPOUTNIK ?
    Après avoir fait 1400 orbites autour de la terre et parcouru environ 70 millions de kilomètres, est rentré dans l’atmosphère où il s’est consumé, le 4 janvier 1958…
 
    Et vous ? que faisiez vous ce 4 oct 1957 ?
    Peut-être étiez- vous aussi au lycée Charles de Gaulle…
    
             Yvette Isaac- Barale
Commentaires :
Le 16 10 2016 Jacqueline Buisson Bellaud :
Bip bip Le spoutnik. 4 octobre1957… J’étais institutrice dans une minuscule école au fin fond de la Franche Comté , la nuit était claire et silencieuse , de temps en temps le gloussement d’une poule qui rêvait ou le soupir d’aise d’une vache bien nourrie , mes garçons dormaient. Je préparais les cahiers du lendemain , le transistor en sourdine ( belle invention ! ) … soudain la musique s’ interrompt ,spoutnik passait au dessus de la France . Je le vois minuscule et brillant ! Alors j’ai réveillé Dominique 4 ans , et lui ai montré le ciel . Longtemps il a cru avoir rêvé … maintenant un Papy Dom le raconte à ses petits enfants .
La 5 octobre Jean-Pierre Bénaut :
Oui, nous profitions de l’été indien, pas le moindre petit nuage, c’était une veille de weekend, régulièrement je regardais le ciel… là haut Spoutnik nous observait… quelle performance technique… une victoire de l’homme !
Soudain, je l’aperçus, un petit point lumineux qui évoluait très haut, très lentement, un diamant dans un écrin d’azur… dans un élan d’enthousiasme, je m’écriai Spoutnik !! Spoutnik !! j’étais si excité que j’ameutais les voisins…
Mais quelle fut ma déception lorsqu’un de mes voisins, aviateur de profession, brisa mon exaltation… Ce n’était que la brillance d’un avion qui évoluait à très haute altitude !
Mais le rêve était resté en moi !
En 1993, cette désillusion prit fin en admirant Spoutnik au musée de l’espace à Moscou !
 

2 réflexions sur « Que faisiez-vous le 4 Octobre 1957 ? »

  1. Bip bip Le spoutnik. 4 octobre1957…. J’étais institutrice dans une minuscule école au fin fond de la Franche Comté , la nuit était claire et silencieuse , de temps en temps le gloussement d’ une poule qui rêvait ou le soupir d’ aise d’une vache bien nourrie , mes garçons dormaient. Je préparais les cahiers du lendemain , le transistor en sourdine ( belle invention ! ) …soudain la musique s’ interromp ,spoutnik passait au dessus de la France . Je le vois minuscule et brillant ! Alors j’ai réveillé Dominique 4 ans , et lui ai montré le ciel . Longtemps il a cru avoir rêvé ….maintenant un Papy Dom le raconte à ses petits enfants .

  2. Oui, nous avions l’été indien, pas le moindre petit nuage, c’était une veille de weekend, régulièrement je regardais le ciel… là haut Spoutnik nous observait… quelle performance technique… une victoire de l’homme !
    Soudain, je l’aperçu, petit point lumineux qui évoluait très haut, très lentement, un diamant dans un écrin d’azur… dans un élan d’enthousiasme, je m’écriais Spoutnik !! Spoutnik !! j’étais si excité que j’ameutais les voisins…
    Mais quelle fut ma déception lorsqu’un de mes voisins, aviateur de profession, brisa mon exaltation… Ce n’était que la brillance d’un avion qui évoluait à très haute altitude !
    Mais le rêve était resté en moi !
    En 1993, cette désillusion prit fin en admirant Spoutnik au musée de l’espace à Moscou !

Répondre à Buisson - Bellaud .jacqueline Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.